Sports

Au-delà des propos polémiques, Djamel Belmadi se prépare à une mini-révolution


S’il ne semble pas avoir digéré la défaite hitchcockienne des Verts, en barrages de Coupe de Monde 2022 contre le Cameroun, l’ancien meneur de jeu de l’Olympique de Marseille a pris une grande décision au sujet de son avenir. Djamel Belmadi, convaincu par le soutien d’une très grande partie des supporters algériens, a annoncé vouloir rester à la tête du staff technique des Fennecs. «Je suis plus que réceptif à cet engouement populaire, à cette envie de nous voir continuer, a-t-il expliqué au micro de la FAF TV. C’est impossible de leur tourner le dos. On va le faire avec le cœur, avec tout notre investissement, avec notre rage parce que le peuple mérite ça. »

De nouvelles têtes en équipe d’Algérie

Après les deux échecs cuisants à la CAN 2021 et aux qualifications du Mondial 2022, le technicien algérien aura pour mission d’insuffler un nouveau souffle aux coéquipiers de Raïs M’Bolhi. Dans cette optique, Djamel Belmadi a décidé d’apporter plusieurs changements au sein de son effectif vieillissant. L’arrivée de nouveaux renforts est prévue dès le prochain stage de préparation.

«Il va y avoir l’avènement de joueurs qui vont devoir faire comme à leur temps Belaïli, Bounedjah, Benlamri, Atal, Bennacer, a annoncé le sélectionneur de l’équipe d’Algérie. Ce sont des éléments qui avaient commencé à jouer avec nous tout en progressant et surtout en s’imposant au sein de l’effectif. J’appelle les joueurs qui vont nous rejoindre à être dans ce même état d’esprit et montrer qu’ils ont le niveau pour aller faire de grandes choses, mais je ne suis pas là pour offrir des cadeaux».

Ces changements ne devraient pas tarder à arriver. L’équipe reprendra très vite la compétition officielle pour le compte des éliminatoires à la CAN 2023. L’Algérie a été versé dans le groupe F en compagnie de l’Ouganda, le Niger, et la Tanzanie.

Le cas Ahmed Touba

Afin d’éclaircir son propos concernant l’émergence prochaine de nouvelles têtes chez les Fennecs, l’ancien coach d’Al Sadd et de la sélection du Qatar a évoqué longuement le cas Ahmed Touba. Présent depuis un certain temps en équipe d’Algérie, le défenseur du RKC Waalwijk a sagement attendu sa chance. Lors de la réception du Cameroun au stade Mustapha-Tchaker de Blida, il a été l’auteur d’une excellente entrée en jeu et a inscrit le seul but des siens (1-2).

«Pour Ahmed Touba, il y a un long processus, il sait ce que l’on fait, a confié Djamel Belmadi. Le Touba qui a peu joué, il y a un peu plus d’un an et celui d’aujourd’hui sont très différents, ne serait-ce que dans son club. En l’ayant vu à l’entraînement 48 ou 72h avant le match, je lui ai dit que son tour allait arriver. Il n’est pas venu timide, comme il a pu l’admettre lui-même les premiers temps, et ce n’est pas parce qu’il a fait une très bonne rentrée qu’il aurait dû jouer les deux heures avant».

L’Algérie abandonne sa forteresse de Blida

Il n’y a donc aucun doute, le staff technique de l’équipe d’Algérie continuera sa remise en question durant les prochains mois. Et le changement se fera aussi au niveau des infrastructures. Djamel Belmadi veut faire jouer son équipe partout en Algérie où plusieurs nouveaux stades seront bientôt achevés. Les camarades de Sofiane Feghouli ne retournement plus au stade de Blida pour un long moment. La Fédération algérienne de football a annoncé, il y a quelques jours, dans un communiqué de presse le changement de domiciliation de l’équipe nationale. Une première depuis 2008. Les Verts recevront leurs adversaires au nouveau stade d’Oran durant les éliminatoires de la CAN 2023.

« Le stade de Tchaker nous a donné tellement de joie par le passé, des matchs historiques avec à la clé deux qualifications pour la Coupe du monde, a rappelé le coach algérien. Mon souhait était toujours d’aller se produire ailleurs. Que ce soit à l’Est, à l’Ouest, dans le sud si on avait les infrastructures pour aller voir nos frères là-bas (…). Et à Tizi-Ouzou, j’espère que le stade sera réceptionné le plus tôt possible. L’idée est d’aller profiter de notre public, c’est l’objectif numéro 1. »

Cela pourrait, toutefois, ne pas suffire pour relancer la machine. Et Djamel Belmadi le sait bien. « On travaille sur notre groupe mais aussi sur l’esprit de reconquête qui va nous animer, a-t-il ajouté… Nous les entraîneurs, nous nous remettons perpétuellement en question». L’Ouganda, le prochain adversaire des Fennecs est prévenu.

Touabi Juba Arris





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.