Sports

Boubacar Kamara, à l’heure d’un choix cornélien


Boubacar Kamara va devoir choisir entre la France et le Sénégal.

C’est un secret de polichinelle, le premier choix des binationaux est le plus souvent les sélections européennes. La semaine dernière déjà, Kalidou Koulibaly, capitaine du Sénégal avec lequel il a remporté la CAN 2021, a confié dans un entretien avec Onze Mondial son regret d’avoir hésité avant de faire son choix. Comme la plupart des binationaux, il attendait l’appel de la France qui arrivera quelque mois après qu’il a dit «oui» à Aliou Cissé.

«Ceux qui hésitent ? Je me mets dans la case parce que j’en fais partie aussi, a confessé le défenseur de Naples. Je suis venu tard, j’ai rejoint l’équipe nationale du Sénégal à 24 ans alors que j’avais déjà été sollicité une ou deux années auparavant. Personnellement, je m’en suis vraiment mordu les doigts. Je savais que le Sénégal pouvait m’offrir la chance d’évoluer au niveau international, et malgré ça, j’ai attendu deux ans.»

Timing curieux

Boubacar Kamara est aujourd’hui confronté au même dilemme. Ancien capitaine des Bleuets, pourtant zappé par Sylvain Ripol pour l’Euro espoir 2021, le Franco-Sénégalais vient d’être convoqué ce jeudi pour la première fois en équipe de France A par Didier Deschamps. Timing qui peut quand même paraître curieux pour plusieurs raisons.

D’abord, parce que depuis quelques semaines, le nom de Boubacar Kamara était très souvent lié au Sénégal. Selon L’Equipe et le journal sénégalais Record, le staff du Sénégal est entré en contact avec le joueur marseillais et que ce dernier avait donné son accord de principe pour rejoindre la Tanière.

Et ensuite dans la hiérarchie des milieux de l’équipe de France, Edouardo Camavinga, plusieurs fois appelé en Bleu et auteur d’une première saison réussie avec le Real Madrid, était jusque-là devant Kamara. Qu’est-ce qui explique alors cette soudaine convocation ?

En conférence de presse, Didier Deschamps se défend bien évidemment d’avoir été guidé dans son choix par les envies du Sénégal de chiper à la France un autre de ses produits. «À aucun moment, je ne sélectionnerai un joueur pour l’empêcher d’aller vers le ‘deuxième choix’, jure DD, champion du monde 2018. Quand il a une position très claire, celle d’être international français, il n’y a pas de discussion à avoir. Je fais en sorte d’avoir cette réponse avant d’avoir à choisir.»

Court-circuité par DD, Aliou Cissé a toujours une carte à jouer

Didier Deschamps a ainsi coupé l’herbe sous les pieds d’Aliou Cissé. Mais le sélectionneur des champions d’Afrique a toujours une carte à jouer. Le technicien sénégalais peut lui aussi convoquer Boubacar Kamara. Ce dernier serait alors devant un choix cornélien.

Ira-t-il à Clairefontaine où il n’a aucune garantie sur son avenir et surtout sur sa présence au Qatar pour la Coupe du monde 2022 dans quelques mois ? Ou choisira-t-il la sélection sénégalaise dont les cadres au milieu Idrissa Gana Guèye et Cheikhou Kouyaté sont plus proches de la retraite internationale ? Avec le Sénégal, sa place pour le Mondial 2022 est pratiquement assurée et surtout pour plusieurs observateurs, il peut être véritablement être le futur patron de l’entrejeu des Lions.

En 2018, Alassane Pléa avait été confronté au même choix. Buteur prolifique de Mönchengladbach en Bundesliga, le Franco-Malien né en France était tout proche de rejoindre les Aigles. Une convocation de Didier Deschamps pour disputer la Ligue des nations lui a fait changer d’avis. Depuis lors, son compteur en sélection est resté bloqué à quatre capes.

Yacine DIENG





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close