Sports

Comores-Cameroun les tops et flops


Tops 

Chaker Alhadhur : le coup de cœur de la CAN

Il était une fois, le Comores disputait pour la première fois un huitième de finale de CAN et dans les cages, un défenseur s’est transformé en gardien de but le temps d’un match. Ça sonne comme un joli conte de fée à raconter aux enfants. Sauf que c’est bien la réalité. Chaker Alhadhur a bien mis les gants. Il a géré l’intérim d’une manière inoubliable. Un double arrêt spectaculaire devant les tirs conjugués de Vincent Aboubakar et Ngamaleu (53e). Ses réflexes sur la ligne ont longtemps empêché à l’équipe hôte de la compétition de tuer le match. Même s’il a encaissé deux buts, le futur ex-gardien comorien peut dire à ses petits enfants qu’il a disputé un huitième de finale de CAN en réalisant 4 arrêts sur les 6 subis. Magique !!!

Andre Onana : Un Lion au rendez-vous

Cela peut sembler bizarre mais oui, le meilleur joueur du Cameroun dans cette partie est … le gardien. Tout le monde croyait que le match allait se jouer à sens unique mais le courage des Comoriens en a décidé autrement. Andre Onana a réalisé sans doute le meilleur match depuis qu’il dispute une Coupe d’Afrique. Il a subi 7 tirs cadrés et en a arrêté 6. Ahmed Mogni a déclenché à la première période sur une lourde frappe au ras du sol, sorti par Onana avant de se remettre sur pied pour en arrêter un deuxième coup sur coup (32e). Il a aussi été très inspiré de sortir une balle arrivée à bout portant sur lui sur une frappe de Fardou Ben (78e). Mais le portier n’a pu que constater les dégâts sur le sublime coup franc de Youssef M’Changama.

L’équipe des Comores : Héros à jamais

Les cas de Covid-19, l’impossibilité d’aligner ses gardiens dans ce match, le rouge à la 5e minute : cette équipe des Comores gagne le cœur du monde du football. Ils ont été vaillants et courageux. Malgré l’infériorité numérique, cette équipe a toujours essayé de jouer au ballon avec des sorties de balle propres, des circuits de passes claires et une volonté de respecter leur philosophie de jeu. Ils perdent que sur un but d’écart, avec beaucoup d’occasions créées. Sans un excellent Onana ce soir, un gros séisme risquait d’arriver au stade Olembé.

Flops

Le collectif camerounais : Le match de l’inquiétude

On a eu à faire à des Lions indomptables trop tendres. Techniquement, il y a eu beaucoup de déchets. Tactiquement, l’équipe ne savait pas quoi faire pour faire plier cette défense des Comores qui jouait en plus en infériorité numérique. Le Cameroun ne marque qu’à la 29e minute et le second but arrive à la 70e minute. Malgré la supériorité numérique, ils concèdent 17 tirs, encaissent un but et poussent Onana à être excellent pour éviter le pire.

Zambo Anguissa : Impuissant

Le milieu de terrain des Lions est en train de passer une CAN compliquée. Jamais rayonnant au milieu, il est souvent en difficulté et notamment ce soir. Face aux vaillants Comoriens, il a souffert dans l’entrejeu en perdant beaucoup de ballons (12).

La CAF : la tâche noire

L’instance dirigeante du football africain nous a, sans doute, privé d’un match d’anthologie en interdisant Ahamada de disputer cette rencontre. Cette équipe comorienne au complet face au pays hôte aurait été eu de la gueule. L’exclusion du joueur comorien par l’arbitre, le coup sifflet final de l’homme en tenue noire alors que les Comoriens étaient en train de créer une situation dangereuse. Tout ceci fait de la CAF, le flop de la soirée.

EL Hadj Malick SARR





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close