Sports

Idriss Diallo sera face à d’énormes chantier à la FIF


Yacine Idriss Diallo est le nouveau président de la Fédération ivoirienne de football (FIF). Il a été élu samedi  23 avril à Yamoussoukro. Idriss Diallo a battu au second tour Sory Diabaté par 63 voix contre 61. Cette élection met fin à plusieurs années de crise et de soubresauts dans la gestion du football ivoirien. Une nouvelle ère devrait alors s’ouvrir sous son magistère. L’heure est donc au respect des engagements pris avant le scrutin. Et Idriss Diallo devrait les réitérer le 4 mai prochain, lors de la passation de service.

Réunir tout le monde autour de l’essentiel

Le premier chantier du président Yacine Idriss Diallo est le rassemblement des acteurs du football. Ils sont en effet divisés depuis plusieurs années, cinq ans plus exactement. Il y eu la naissance du GX, un groupe de clubs opposés au Comité exécutif sorti, depuis 2017. Cette crise a débouché sur une guerre d’accusations par documents interposés au TAS à Zurich et de nombreuses empoignades au plan local : arrêt du championnat par les clubs, bataille autour de la subvention, AG agitées. A la suite d’élections mal organisées en 2020, la FIFA avait alors imposé à la mise en place d’un Comité de normalisation.

Pendant le mandat de ce Comité dirigé par Mariam Dao Gabala, les guerres de clans pullulent ensuite. Notamment contre le camp de l’ancien Comité exécutif, dirigé par feu Sidy Diallo et qui est désormais incarné par Sory Diabaté.

A côté, il faut compter avec le troisième camp créé par Didier Drogba, candidat malheureux à cette élection, malgré son projet Renaissance très prometteur. Le président Idriss Diallo dont le slogan était «Rassembler pour développer», aura alors du pain sur la planche. Il doit comme le stipule son slogan, chercher à rassembler tous les acteurs du football ivoirien.

Si Idriss Diallo veut vraiment travailler dans la tranquillité, il doit unir et fédérer autour de son projet. «Je ne serai pas le président d’un seul camp. Je serai le président de tout le monde. J’appelle tout le monde à nous rejoindre pour travailler pour le bonheur du football ivoirien» a promis Idriss Diallo, juste après son élection.

Faire rouler le ballon dans toutes les divisions

Les acteurs du football ivoirien n’ont besoin que d’une chose : pratiquer leur passion à tous les niveaux. Et Idriss Diallo est attendu au tournant. Aujourd’hui, la Ligue 1 ivoirienne se déroule, certes, mais elle est sans saveur. Au niveau de la Ligue 2, c’est également le désespoir. La division 3 est dans le creux de la vague. Elle ne se joue plus depuis au moins trois ans. Que dire des championnats de District, de division d’honneur, de football d’entreprises qui ont disparu depuis plusieurs années ? Les acteurs sont dans le dénuement total.

Les footballeurs attendent donc beaucoup du nouveau Comité exécutif de la FIF. Lors de sa campagne, Idriss Diallo a promis de faire en sorte que tous ces dysfonctionnements ne soient un mauvais souvenir. Toutes les divisions, tous les joueurs, les entraîneurs, les arbitres… veulent exercer leur métier dans de bonnes conditions pour un mieux-être. Le président Idriss Diallo, en plus de rassembler, doit développer le football ivoirien comme le stipule son projet avec comme points d’orgue : l’organisation et le financement.

Améliorer les conditions de vie des acteurs

C’est un secret de polichinelle. Les acteurs du football ivoirien connaissent des conditions de vie difficile. Ils sont dans le dénuement total. Les joueurs de la Ligue 1 sont sous-payés, souvent même pas du tout. Pas de salaires en Ligue 2, si ce ne sont que des primes. En division 3, c’est la catastrophe. Le football féminin, n’en parlons pas. Pour couronner le tout, le foot ivoirien  fait actuellement face à une vague de grèves de joueurs sans précédent pour réclamer des mois d’arriérés de salaires.

Sur 14 clubs de Ligue 1, plus de la moitié sont concernés. Les footballeurs et les présidents sont à couteaux tirés. Des licenciements sous forme de règlement de comptes. Des joueurs sont obligés de gérer des bistrots, de travailler à la zone industrielle pour joindre les deux bouts. Pis, plusieurs sont expulsés de leurs logis pour loyers impayés… A la recherche donc de conditions de vie meilleure. Autant de dossiers brûlants qui seront sur la table de Idriss Diallo.

On espère que les 100 millions (152.836 euros) que Idriss Diallo compte donner en guise de subventions aux clubs de Ligue 1, les 50 millions (76.418 euros) pour les clubs de Ligue 2 et les 30 millions (45.800 euros) aux clubs de D3 seront gérés pourque les présidents de clubs puissent  payer correctement leurs joueurs.

Redonner un nouveau visage aux Éléphants

Les Éléphants de Côte d’Ivoire sont dans le dur depuis plusieurs années. Après la participation au Mondial 2014, ils ne se sont plus qualifiés pour une phase finale de cette compétition. En plus, depuis la CAN 2015 remportée en Guinée équatoriale, ces derniers n’ont rien ramené des expéditions 2017, 2019 et 2021.

Avec cette équipe dirigeante chapeautée par Idriss Diallo, les Ivoiriens attendent ainsi que les choses changent. Voir notamment leur sélection redevenir conquérante et convaincante dans tous les domaines.  «Nous allons coopter un entraîneur local qui a joué au haut niveau en Europe. Et qui a fait ses preuves chez les Eléphants à qui nous allons adjoindre un expatrié expérimenté», promet  le nouveau président.

A côté des Éléphants Seniors, les Cadets, Juniors et Espoirs ont aussi besoin d’une bonne visibilité. Ils doivent participer à tous les rendez-vous de leurs catégories respectives. Pour cela, il faut un travail de fond au niveau du nouveau Comex.

Idriss Diallo élu…et maintenant ?

Sanh SEVERIN





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close