Sports

Jeux de la solidarité islamique : le calvaire des athlètes camerounais


Attendus en Turquie où les Jeux de la solidarité islamique démarrent officiellement ce lundi 8 août 2022, de nombreux athlètes camerounais sont encore bloqués à Yaoundé, la capitale du pays.

De notre correspondant au Cameroun,

Le ministre des Sports camerounais remettant le drapeau au capitaine de la délégation pour les Jeux islamiques

Les Jeux de la solidarité islamiques 2022 n’ont même pas encore commencé que le Cameroun alimente déjà la rubrique “Faits divers”. Et c’est l’image du pays de Samuel Eto’o qui va en prendre un sérieux coup. En effet, attendue à Konya, la ville hôte des Jeux, depuis plusieurs jours, une bonne partie de la délégation camerounaise reste clouée à Yaoundé. Il s’agit notamment de l’équipe masculine de football espoir.

Les Lions indomptables U23 ont pourtant rendez-vous avec la Turquie ce lundi 8 août, dans le cadre du match d’ouverture du tournoi de football des Jeux Islamiques. Mais la rencontre censée opposer le pays hôte de l’édition 2022 à celui qui accueillera cette compétition en 2025 est partie pour ne plus se tenir. Les espoirs camerounais risquent même la disqualification, d’autant plus que tous leurs adversaires sont déjà sur le site des Jeux. Il s’agit notamment de l’Algérie, le Sénégal et bien entendu la Turquie.

Forfaits en cascade ?

Pour ces cinquièmes Jeux de la solidarité islamique, la délégation camerounaise est constituée de 165 personnes dont 120 athlètes et 45 encadreurs. Le Cameroun devant s’aligner dans 13 disciplines. Comme les joueurs de l’équipe espoirs de football, d’autres athlètes camerounais pourraient manquer les jeux. Notamment les deux sélections séniors de volleyball qui devraient être déclarées forfait. En effet, l’équipe féminine va manquer son premier match ce lundi contre l’Afghanistan, tandis que l’équipe masculine n’est pas certaine de se présenter mardi face au Maroc.

En handball, la sélection féminine du Cameroun a été déclarée forfait dimanche. Les Lionnes du handball font en effet partie des athlètes bloqués à Yaoundé. Elles ont manqué leur premier match de la compétition. C’était dimanche, contre l’Azerbaïdjan. Les équipes de karaté et de judo, pour leur part, gardent encore un maigre espoir. Leurs compétitions débutent respectivement le 15 et le 17 août. Seulement, il faudra être en Turquie quelques jours avant, pour la pesée. Arriveront-ils alors à temps ? Nul ne sait pour le moment.

Le Comité olympique au banc des accusés

S’il y en a qui peuvent espérer participer à ces Jeux, ce sont les athlètes camerounais qui viennent de prendre part aux Jeux du Commonwealth. Ceux-ci devraient directement partir de Birmingham en Angleterre pour Konya en Turquie. Cette délégation n’a, à priori, aucun souci à se faire. Entre-temps, à Yaoundé, des voix s’élèvent au sein des Fédérations sportives. Tout le monde pointe un doigt accusateur sur le Comité national olympique du Cameroun (CNOSC) qui a la responsabilité de conduire les athlètes à ces Jeux. « Le problème, c’est l’hypercentralisation du CNOSC où certains responsables, censés s’occuper de la délégation qui doit se rendre en Turquie, sont en Angleterre. Cette gestion à la petite semelle est aussi à l’origine des mauvaises performances de nos athlètes », s’insurge un cadre de la Fédération de handball. Pour l’heure, les dirigeants du CNOSC se refusent à tout commentaire sur la situation.

Kigoum WANDJI



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.