Sports

la CAF met en garde le ministère des sports


La CAF met en garde le ministre des Sport et Loisirs de la RD Congo, Serge Nkonde. L’instance lui reproche son ingérence dans la gestion de la Fédération congolaise de football (FECOFA). Nkonde réplique et soutient que la correspondance de la CAF est basée sur des rumeurs partagées par des personnes mécontentes de sa politique sportive.

De notre correspondant en RD Congo

La Confédération africaine de football (CAF) a menacé de sanctionner lourdement la Fédération congolaise de football Association (FECOFA). La raison ? L’ingérence du ministère des Sports et Loisirs dans la gestion de l’instance. Dans une correspondance adressée à la tutelle, la CAF se montre e effet menaçante. « Vous n’êtes pas sans savoir, que les règlementations FIFA – CAF prévoient et imposent le respect et l’autonomie de leurs associations membres. Autrement dit, ces organes doivent gérer leurs affaires sans ingérence d’un tiers quoi qu’il soit», rappelle le communiqué signé par le secrétaire général de la CAF, Véron Mosengo.

«Cette autonomie se matérialise notamment dans le fait que la gestion des équipes nationales de football, le recrutement et la gestion du staff technique, l’organisation des activités de l’équipe, les droits d’image afférents à l’équipe, l’inscription aux différentes compétitions de la CAF et la FIFA est de la Compétence exclusive de l’Association membre», ajoute par ailleurs, la même note.

La CAF reconnaît tout de même au ministre des Sports, «le droit d’auditer la FECOFA sur les fonds sortis par le Trésor public  et encourage les relations entre la FECOFA et les institutions du pays. »

«Une correspondance basée sur des rumeurs»

Surpris de la fuite de cette lettre dans la presse, le ministre des Sports Congolais parle d’une correspondance qui n’est que des rumeurs propagées par des personnes mécontentes de sa politique sportive. «Nulle part vous avez entendu le comité de la FECOFA dirigé par  le président Tshimanga se plaindre d’une telle chose. Le secrétaire général de la CAF qui utilise le conditionnel dans la correspondance cite diverses sources d’informations. Or, la FECOFA qui est son association membre devait lui donner des meilleures informations», a ainsi martelé Serge Nkonde.

Le patron des sports  poursuit sur les ondes de Top Congo FM. «Je me refuse le droit que la CAF ramasse des informations auprès des esprits mécontents de notre politique sportive. Et surtout des personnes dont la nouvelle gouvernance et la discipline qui planent au sein de la FECOFA dérangent absolument. Cette lettre, pourtant confidentielle, à été rendue publique pour casser notre détermination à aller à la coupe du monde». Le ministre des Sports estime que cette correspondance, «ne devrait pas inquiéter tant pour son auteur que  pour le public sportif congolais. Car rien ne démontre une interférence du ministère dans les affaires ou les prérogatives de la FECOFA. »

Le ministère va envoyer une réponse apaisante à la CAF

La CAF reconnaissant également le droit du ministère d’auditer la FECOFA sur l’argent sorti par l’Etat congolais, Serge Chembo Nkonde a promis de fournir une réponse apaisante à la structure continentale. « La lettre de la CAF précise elle-même que nous avons un droit de contrôle sur la FECOFA. Car l’argent public transit dans leur compte. Il est clairement indiqué que le ministère des Sports et Loisirs a la gestion des équipes nationales. Et en football nous l’avons délégué à la FECOFA avec qui nous entretenons des bonnes relations. La preuve nous sommes à 180 minutes d’une qualification à la coupe du monde. Le ministère des sports et loisirs va répondre à la CAF et va même l’apaiser», a-t-il conclu.

Cette brouille arrive à dix jours du match aller de la double confrontation entre la RDC et le Maroc prévu le 25 mars à Kinshasa. Une situation qui risque notamment d’entamer encore plus les relations entre le ministères des Sports et la FECOFA, déjà fragilisées après le contrôle de l’inspection générale des finances (IGF) qui avait intercepté près d’un million de dollars (909.000 euros) dans la caisse de la FECOFA. Une somme décaissée sur demande du ministère des Sports mais non reconnue par la FECOFA. Elle a donc été retournée dans les caisses de l’Etat par l’IGF en octobre 2021 .

Masiala Jonathan



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.