Sports

Ons Jabeur veut écrire son histoire en remportant Wimbledon


Ons Jabeur n’est plus qu’à une victoire d’un sacre historique.

Ce samedi à Londres, Ons Jabeur a rendez-vous avec l’histoire. En battant l’Allemande Tatjana Maria en demi-finale du tournoi de Wimbledon (6-2/3-6/6-1), la native de Ksar Hellal s’est hissée en finale et peut devenir la première joueuse africaine à remporter un tournoi du Grand Chelem. Un défi de taille pour celle qui avait déjà gagné Roland-Garros chez les Juniors. C’était en 2011, alors que son pays était en pleine révolution. Un premier exploit qui faisait d’elle la première joueuse d’Afrique du Nord à remporter un tournoi du Grand Chelem dans cette catégorie.

Un retour au premier plan depuis 2 ans

Mais les lendemains ont été moins heureux pour celle qui a ensuite connu des longs passages à vide. Entre changements d’entraîneurs, méforme, blessures et niveau de jeu irrégulier, Ons Jabeur ne va jamais réellement confirmer son potentiel. Au point d’être reléguée au fin fond du classement de la WTA. Quand elle ne doit pas passer par des qualifications pour intégrer le tableau principal des grands tournois, elle doit batailler dans les tournois challengers pour vivre de sa passion. Des tournois qui vont forger la Tunisienne, qui gagne enfin en régularité et finit par réintégrer le Top 100 de la WTA.

Et ce n’est que depuis 2 ans que le déclic semble s’être produit. D’abord à l’Open d’Australie en 2020, où elle atteint les quarts de finale. Si elle s’incline face à Sofia Kenin, qui va remporter le titre, Ons Jabeur a gagné en maturité et gère mieux ses matchs. Surtout, le regard de ses adversaires sur elle a changé. Elle inspire davantage la crainte et forcément, elle gagne en confiance. Les victoires en matchs s’enchaînent. Elle arrive à aller de plus en plus loin dans les tournois et surtout, elle ne cesse de grimper au classement de la WTA.

La victoire à Berlin comme déclic

Mais, manque encore ce trophée majeur qui va définitivement lui permettre de confirmer qu’elle a passé un cap. Le moment va finalement se produire en juin 2021 avec sa victoire en finale du tournoi de Birmingham. Premier titre sur le circuit pour Ons Jabeur qui, la même année déjà, atteint les 8èmes de finale de Wimbledon. Un an plus tard, revoilà la Tunisienne. Sauf qu’entre temps, ses amorties ont mis à mal ses adversaires et qu’elle a sans cesse gravi les échelons au fil des tournois, atteignant régulièrement le dernier carré. De quoi faire d’elle l’actuelle numéro 2 mondiale.

Assurément dans la forme de sa vie, elle sait qu’elle n’est plus qu’à un match d’écrire la plus belle page du tennis tunisien, maghrébin, africain et même jusqu’au Moyen-Orient. « Tout le monde va regarder la finale. Ça m’apporte beaucoup de joie et de bonheur de voir autant de Tunisiens qui me supportent, ils vont vraiment m’aider à soulever ce titre-là, avec leurs encouragements et l’énergie qui me donnent, c’est incroyable. J’espère vraiment être présente et gagner le titre samedi », déclarait-elle en conférence de presse. Un rêve désormais à portée de raquette. Mais pour cela, il faudra faire le match de sa vie face à Elena Rybakina.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.