Sports

Sakoba Keita riposte après les attaques au sein de la Feguibasket


Sakoba Keita, président de la Fédération guinéenne de basket.

Tout est parti de l’organisation d’un congrès extraordinaire en février 2018. Sakoba Keita le président sortant à l’issue de ses deux mandats, organise un congrès pour modifier les statuts et pouvoir se présenter pour un autre mandat dénonce le vice-président de l’équipe dissidente. « Dans ce projet d’adoption de statut vous verrez ici tous les articles qui ont été modifiés à l’unanimité par le bureau. Aujourd’hui l’article 37 a été introduit dans les statuts pour faire partir monsieur Fodé Amara Condé, à son profit Sakoba Kéita. Les textes ont été votés et adoptés à l’unanimité. C’est signé par le président de l’époque, le secrétaire général, Sakoba Kéita alors président de la commission compétition », indiquait alors Amara Babila Kéita.

Des accusations rejetées par l’équipe de Sakoba Keita. Le secrétaire général de la Fédération guinéenne de basket-ball soutient que les textes ont été légalement modifiés « Il y a eu des élections pour introduire un texte, ces mêmes ont dit, nous, on change les textes. La fédération internationale (FIBA), le comité national olympique, le ministère des Sports nous reconnaissent. Cela veut dire qu’on est une fédération. Les textes ont été modifiés légalement sinon la FIBA n’aurait pas dû nous reconnaître. Nous, on est reconnu par la FIBA, la FIBA Afrique, demandez aux personnes qui disent qu’elles sont reconnues, si elles ont un document légal, qu’elles vous le montrent »,a-t-il argumenté.

Lire sur le même sujet : Guinée-Sakoba Keita : « Nous visons le sommet du basket-ball africain »

Et de poursuivre : « Aujourd’hui, la seule chose pour laquelle on nous attaque, c’est notre compétence. On les a invités à travailler avec nous, on a fait des propositions validées par le comité olympique guinéen qu’ils ne vous ont pas dit (…) Vous ne pouvez pas être à l’extérieur, contester dans un cadre qui n’est pas légal dans notre fédération et prétendre à des postes. Ce n’est pas parce qu’ils vont faire une réunion avec vous, journalistes, que demain on va nous chasser du basketball », soutient Oumar Camara Sampil.

La fédération accusée de détournement de fonds

Alors que les responsables de la Fédération guinéenne de basketball se plaignent du manque de financement de la discipline par l’Etat, les dissidents accusent Sakoba Keita et ses collaborateurs de détournement de fonds. « Aujourd’hui, nous avons mis la main sur le contrat d’Orange Guinée de plus d’un milliard de francs guinéens avec la Fédération guinéenne de basketball. Il y a d’autres contrats (…) Monsieur Sow vous a parlé de la vente des visas. Faire voyager d’autres personnes à la place des cadres du basket. Nous avons des actes notariés, des attestations qui engagent ces gens à payer des montants demandés (4000 à 6000 euros par personne) s’ils rentraient en Europe et arrivaient à fuir. On peut vous donner le nombre des personnes », a accusé Babila Amara Keita.

Des accusations auxquelles le principal mis en cause n’a pas tardé à réagir « Tu as renouvelé le palais des sports, tu as fait le stade junior NBA qui a été fait à plus de 300 000 euros financés par Solektra qui a fait venir la NBA, qui a fait le programme de la junior NBA ici, ça a fait plus de 3 milliards. Donc, quand on me parle d’1,4 milliard d’Orange qui crée l’émotion ça me fait pitié. On a des compagnies qu’il faut respecter comme, une autre compagnie aussi qui nous a fait un don de plus de 200 millions de francs guinéens de lumière dans cette salle, Guinée Games qui rénove le palais des sports en moins de 3 semaines », lui a retorqué Sakoba Keita. « Le sponsoring est confidentiel, les closes de contrat sont claires. Ceux qui l’ont divulgué doivent être poursuivis en principe. On a bien travaillé en 2017 à la Coupe d’Afrique, après Orange s’est acquitté totalement de son sponsoring. Et cela nous a permis de participer à 13 compétitions internationales. Donc on a partagé là les preuves et les fiches à tout le monde », a-t-il poursuivi face aux accusations.

Un comité de normalisation espéré

Pour mettre un terme à ce bicéphalisme qui mine cette fédération depuis quelques années, Babila Keita de l’équipe dissidente espère la tenue d’un nouveau congrès électif « Il faut qu’on organise un congrès, qu’on change les textes qui donneront la latitude d’élire un président légitime » a-t-il suggéré. Du côté de l’administration de la Feguibasket, le secrétaire général apporte des précisions. « Ils sont 4 membres dissidents sur 33. Même si on doit refaire une assemblée extraordinaire, ils n’ont pas le quorum requis pour l’autoriser », a tranché Oumar Camara Sampil. Il tend cependant la main aux dissidents : « Il faut qu’ils viennent contester dans notre fédération dans le cadre légal. Vous ne pouvez pas contester l’arbitre si vous n’êtes pas sur le terrain, il faut être sur le terrain, il faut être acteur ».

Le ministre des Sports, contacté pour mettre un terme à ce différend a invité les belligérants à laver le linge sale en famille. En attendant qu’une rencontre soit fixée, le problème s’est transporté sur le terrain judicaire. Sakoba Keita annonce le dépôt d’une plainte pour diffamation après les accusations de trafic de visas.

Mamadou Gongorè DIALLO





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close