Sports

Walid Regragui


Dans un premier temps, on va essayer de décortiquer sa carrière de joueur, et ses débuts d’entraineur.

Ensuite, nous allons analyser sa saison avec le Wydad de Casablanca, et vous expliquer les raisons pour lesquelles c’est le meilleur entraineur Africain du moment.

Enfin, nous vous dressons des arguments qui vont convaincront que ça sera le futur entraineur de la sélection Marocaine.

Ses débuts d’entraineur…

Walid Regragui est un jeune entraineur. C’est avant tout un ancien joueur qui a joué à Toulouse (1999-2001), puis à l’AC Ajaccio (2001-2004), où il a notamment gagné la Ligue 2 et reçu le trophée de meilleur défenseur de L2, en 2002.

Le natif de Corbeilles- Essone était un arrière droit de très grande qualité, ce qui lui a ouvert les portes de l’équipe Nationale du Maroc (2001-2009) où il a notamment été finaliste de la CAN 2004 face à la Tunisie ; et remporté encore une fois, un titre personnel, celui de meilleur défenseur de la CAN 2004.

Le 26 Septembre 2012, il devient premier adjoint de l’équipe Nationale du Maroc aux côtés d’un certain…Rachid Taoussi, entraineur actuel du Raja de Casablanca…

Sa carrière décolle de façon fulgurante, lorsqu’il prend en 2014 les rênes du FUS de Rabat, où il gagne la Coupe du Trône dès sa première année. Il atteint la Finale en 2015 ; et surtout il gagne le Championnat Marocain en 2016.

Un exploit incroyable de la part de ce jeune Coach; c’est comme si Zinedine Zidane gagnait la Liga avec le Racing Santander!

Les gens ne se rendent pas compte, mais face aux géants du football Marocain, ce coach néophyte a réalisé l’impensable. Un exploit qui sera dur à rééditer…

Ces performances lui ouvriront les portes d’Al Duhail au Qatar où il finit Champion du pays pour sa première saison. Il quitte le navire la même saison après son élimination de la Champions League Asiatique…

Walid, Coach du Wydad de Casablanca

En couvrant la Champions League Africaine, j’ai eu la chance de côtoyer ce Coach très régulièrement pendant cette dernière quinzaine (reportages, entrainements, interviews, sur le banc, en conférence de presse, en zone mixte…) Je peux dire que je l’ai vu sous toutes les coutures. D’ailleurs, il s’est amusé à me chambrer  lors de notre dernier entrevue « Nas, je t’ai vu beaucoup plus que ma femme… »

Si j’ai pris la décision d’écrire cette chronique, et de prendre position sur le statut de ce coach. C’est parce que j’ai appris à le découvrir, et que j’ai disséqué ses qualités tactiques, managériales et comportementales…

Pour remettre les choses dans leurs contextes, l’ancien joueur de Dijon, a pris les commandes  du club le plus titré du Royaume en Août 2021, il devient champion d’automne avec un record de points.

Ensuite, petit couac, il ne peut pas recruter lors de la trêve hivernale. Comment réagit il? Figurez-vous, très bien! Il ne s’est plaint à aucun moment, et a mis en valeur son groupe. Un groupe, où chaque joueur est important, et apportera une valeur ajoutée lorsqu’il fera appel à lui. C’est l’un de ses plus grands paris! Concerner tout son groupe! Et ses joueurs le lui rendent très bien.

La meilleure preuve a été le match aller de la Demie Finale aller entre le Petro Luanda et le Wydad de Casablanca. Le Coach Casablancais se présente face aux Angolais, sans 3 de ses pièces maitresses, Reda Jaadi, Jalal Daoudi et Muaid Ellafi.

Il n’a à aucun moment paniquer, et n’a pas cessé de répéter pendant toutes ses conférences de presse : «Je crois en mon groupe ».

Il lance alors dans le bain le petit jeune Abdellah Haimoud,  et surtout remet en selle Badi Aouk . Titulariser 2 joueurs avec un faible temps de jeu a été un pari extraordinaire réussi, par l’entraineur des Rouges et Blancs.

Il a une qualité incroyable, c’est de tirer la quintessence de son groupe. C’est un entraineur qui est à la fois fédérateur et très bon communicant que ça soit avec ses joueurs, avec la presse mais surtout avec son public.

Il faut venir au Stade Mohamed V pour palper cet amour et cette fusion entre lui et les supporters  Wydadis. D’ailleurs ils ont un petit jeu de séduction. Dès qu’il apparaît sur la pelouse du Stade d’honneur, le public scande « Sir Sir Sir» qui veut en quelque sorte dire « Vas y pour marquer », une expression propre au public Wydadi, qu’il avait relevé lorsqu’il était entraineur du FUS de Rabat. Il avait rétorqué à l’époque « lorsque tu entends 80 000 personnes hurler Sir Sir Sir, tu as envie de remettre tes crampons et aller courir ».

Il avait comme rêve de jouer au Bernabeu, porter la tenue de l’équipe nationale, et entraîner devant l’un des plus beaux publics du Monde ; il est entrain de réaliser son troisième rêve.

Cette idylle entre lui et le Public Wydadi n’est pas prêt de se finir de sitôt, car l’ancien Toulousain fait étalage de son sens tactique match après match. Il joue régulièrement en 4-3-3 avec une solide base défensive, un milieu très technique et de arrières latéraux qui parcourent des Kilomètres à chaque match.

Sa lecture du jeu est infaillible, les 4 victoires en 4 déplacements en Champions League en est la meilleure preuve, ce qui est une sacré perf, et une première pour un club Marocain.

Toutes ces qualités étayées font de lui un entraineur hors pair. Vous allez me dire, mais où places-tu Aliou Cissé, sélectionneur du Sénégal ou Pitso Mosimane, entraineur d’Al Ahly? La réponse est simple. Respectivement à la deuxième et troisième place du podium.

Pourquoi? Parce qu’ils ont à leur disposition 2 Dream Team. Et si on doit comparer ce qui est comparable, à savoir 2 entraineurs de club, l’entraineur Sud Africain d’Al Ahly, a dans ses rangs pas moins de 8 joueurs titulaires de la sélection Egyptienne, sans compter les innombrables internationaux Tunisiens, Sud Africains…

Donc aujourd’hui Walid Regragui avec un club qui n’a pas du tout les budgets d’Al Ahly ou Zamalek arrive à obtenir des résultats extraordinaires.

Je dis toujours un excellent est un entraineur qui fait progresser des joueurs à fort potentiel, pour les faire gagner des titres et les transformer en stars, un peu comme ce que fait Jurgen Klopp avec Liverpool…

Regragui, futur entraineur de la sélection Marocaine

 

 Le meilleur entraineur d’Afrique entrainera une sélection qu’il a tant côtoyé, la sélection Marocaine. Walid Regragui, c’est comme Zinedine Zidane, on ne sait pas quand, mais on sait qu’il sera à la tête de la sélection de son pays.

Au moment où vous lisez cette chronique, les tractations continuent entre le Coach Vahid et le Fédération Royale Marocaine de Football. A croire, que le Coach « Old School » hésite entre laisser fierté de côté pour du bon sens, ou rater sa 3 eme Coupe du Monde en 4 qualifications.

En tout cas, Walid Regragui entraineur du Maroc ça ne sera pas pour aujourd’hui. Le Timing n’est pas bon, il ne peut pas quitter le navire Rouge et Blanc en pleine saison, et surtout si près du but. Il le sera parce qu’il a le profil idéal. Walid Regragui est ancien international (45 matchs), il connaît très bien la maison.

De plus, il est bi-national, comme la majorité des joueurs en sélection. Le manque de communication notamment avec Amine Harit, Noussair Mezraoui ou encore Hakim Ziyech, ne sera plus un problème.

D’un autre côté, l’opinion publique Marocaine reproche au coach actuel la non sélection de certains joueurs locaux qui cartonnent en Champions League africaine comme Achraf Dari, le défenseur central par exemple. Le Coach Walid connaît très bien la Botola, et ne se privera de sélectionner ses meilleurs élèments.

Enfin, en plus d’être multilingue, c’est un excellent tacticien, il lit facilement le jeu de l’adversaire, et sait s’adapter rapidement par rapport à la physionomie du match, ce que n’a pas su faire le Bosnien par exemple lors du dernier Quart de Finale de la CAN face à l’Egypte.

Si vous avez lu attentivement ces arguments, vous réaliserez que Walid Regragui est le meilleur entraineur Africain du moment, et qu’accessoirement vous venez d’avoir un portrait détaillé du futur entraineur de l’équipe Nationale du Maroc.

Par Nasredine NASRI





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close