Sports

Wydad, Club of The Century?


Petit clin d’œil à nos amis Égyptiens qui ne cessent de répéter que le club Cairote, est le club du siècle. Oui certainement le siècle d’avant, mais pas celui-ci. Le Maroc est en train de mettre fin à l’hégémonie du Football Égyptien sur le continent Africain, grâce notamment à la RS Berkane et surtout au Wydad de Casablanca.

Le WAC a débuté sa campagne Africaine avec une revanche à prendre sur 2017, et le scandale de Radès mais aussi sur sa demi-finale perdue en 2021 face à Kaizer Chiefs.

La campagne 2021/2022 a très mal débuté avec une défaite (0-1) à Accra face aux Hearts of OAK, mais au retour, les hommes de Walid Regragui ont largement renversé la tendance (6-1), et sans leur atout majeur, le public…

Les Wydadis se sont baladés dans les poules, car hormis une défaite face aux Angolais de Petro à Luanda, les Rouges & Blancs ont fini premiers de leur groupe avec 15 points sur 18 possibles, devant notamment le Zamalek du Caire.

Les quarts de finale ont été bien gérés avec une victoire (0-1) sur le RC Belouizdad malgré une infériorité numérique dès les premières minutes de jeu, et c’est là qu’on a commencé à déceler la patte du Coach Marocain, avec un bloc solide et des contre-attaques d’une efficacité chirurgicale. Le retour à Casablanca s’est soldé avec un (0-0) suffisant pour se qualifier.

En demi-finale, les Casablancais ont retrouvé une vieille connaissance, les Angolais du Petro Luanda. Les Wydadis nous ont proposé un récital au match aller (1-3) sous une chaleur étouffante. A ce moment-là, les coéquipiers du Capitaine Yahya Jabrane ont transmis un message clair à toute l’Afrique « Nous serons une équipe difficile à battre », comme aimaient répéter les supporters. Au retour, un nul (1-1) à domicile a suffi pour se qualifier pour la finale.

Comment le Wydad est-il venu à bout des Égyptiens lors de cette Finale à Casablanca ?

Tout d’abord et avant toute chose, après l’organisation chaotique de la finale de la Ligue des Champions au Stade de France samedi dernier, les yeux étaient rivés sur la capitale économique du Maroc. Tout s’est très bien passé, et Gianni Infantino était impressionné par la très bonne organisation de cette finale.

Une Finale retransmise dans plus de 160 pays dans le Monde. Ils ont pu admirer ce fabuleux public Wydadi qui a impressionné avec son tifo XXL, et des chants de la première à la 90ème minute.

Un public qui a parfaitement joué son rôle de 12ème homme, et qui aidé le Wydad de Casablanca, qui s’est présenté en 4-1-4-1.

Walid Regragui s’est adapté par rapport à ses forces en présence, et a surtout mis sur ses meilleurs éléments dans leurs meilleurs conditions, avec une petite malice tactique de positionner Reda Jaadi milieu droit pour bloquer le défenseur gauche Tunisien Ali Maaloul, celui-ci a fait un très gros match, et a apporté toute son expérience et sa technique dans l’entrejeu Wydadi.

Reda Tagnaouti, quelques fois chahuté par le public Wydadi, a fait un match héroïque, un des plus beaux matchs de sa carrière. Pour gagner une grosse compétition,  il te faut un gardien de classe mondiale, un peu comme Thibault Courtois face à Liverpool.

Ayoub El Amloud, autre homme de cette finale était dans tous les bons coups défensifs et offensifs. Il a notamment délivré la passe décisive sur le deuxième but, et surtout arrêté un tir à bout portant qui allait au fond des filets.

Les joueurs Wydadis ont fait preuve d’une discipline tactique hors pair, et surtout d’une grinta qui a étouffé les Égyptiens…

Le WAC a été champion d’Afrique, mais quels ont été les ingrédients de ce sacre ?

Tout d’abord, le public, le 12ème a été présent tout au long de cette campagne africaine, et croyez-moi, il a fait la différence. Ce n’est pas que du show, des chants ou des tifos, mais j’étais au bord de la pelouse à plusieurs reprises, ce public là est incroyable, il sait pousser ses joueurs lorsqu’ils sont en difficulté, ou pressés par l’adversaire.

Ensuite, il y a eu le Coach Walid Regragui, j’ai eu l’occasion de le rencontrer à plusieurs reprises, et j’avais écrit une chronique à ce sujet, « Regragui, meilleur entraineur d’Afrique », oui j’avais vu juste, il y a quelques semaines, c’est le meilleur entraineur d’Afrique en clubs.

Au-delà de son charisme et de son sens tactique, c’est un manager et un grand meneur d’hommes. Il sait parler et motiver ses troupes. Car malgré l’interdiction de recruter en janvier dernier, il a su remobiliser son groupe et tirer le meilleur de chacun.

De plus, les dirigeants ont joué un rôle prépondérant. Du Président de la Fédération Royale Marocaine de Football, Faouzi Lekjaa, qui a mis à disposition le Complexe Mohamed VI, pour la concentration avant le match au responsable Maraketing du club, Karim Berdai qui est au four et au moulin à chacune des rencontres. Toutes ces personnes ont mis la main à la pâte, et ont contribué à ce sacre continental.

Une 3ème Ligue des Champions amplement méritée, qui a été gagnée à la sueur du front de toutes les composantes du Wydad, qui veulent dorénavant s’installer comme le club qui veut tout rafler, le club of this century…





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.